Entrepreneurs du Commun — Appels de dossiers aux artistes

Monument aux victimes de la liberté

1 / 1
© Entrepreneurs du commun

Contexte

Entrepreneurs du Commun propose une réflexion critique sur le « Monument national canadien aux victimes du communisme » qui sera construit en 2015 à Ottawa [1]. L’enjeu est de questionner l’instrumentalisation idéologique du concept de liberté par le gouvernement conservateur, ainsi que d’ouvrir un espace de réflexion concernant l’acte commémoratif et son rapport à l’imaginaire contemporain du commun.

« Nazisme, marxisme-léninisme, aujourd’hui, terrorisme ― ils ont tous un point commun : la destruction, la fin de la liberté humaine. » Stephen Harper [2].

« Le monument commémoratif sera un lieu solennel qui invitera les visiteurs à réfléchir sur les conséquences du communisme et sur ce que signifient l’oppression et la liberté. Il servira à rappeler aux visiteurs les valeurs fondamentales canadiennes qui nous unissent et que l’on doit continuer à protéger et à défendre avec vigilance. »
Extrait du concours de design pour le Monument aux victimes du communisme à Ottawa [3].

Devant tant de confusion historique et de grossières simplifications idéologiques, nous posons les questions suivantes : qui sont les victimes de la liberté ? La liberté n’est-elle pas le prétexte de nombreux conflits menés depuis plusieurs années ? Existe-t-il des totalitarismes de la liberté ? Si la liberté n’est pas une marque de yogourt (Falardeau), qu’en est-il de l’appellation contrôlée « liberté canadienne » (Stephen Harper) ? Et enfin : qu’est-ce que le communisme, et pourquoi en parler aujourd’hui ? En quoi concerne-t-il le renouvellement actuel des pensées du commun ?

Appel à projet

Entrepreneurs du Commun lance un appel pour recueillir des propositions de projet pour un « Monument national aux victimes de la liberté ». Les propositions recherchées questionnent et problématisent les notions de liberté et de commun. Elles porteront une attention particulière à la dimension commémorative du monument et à ses formes esthétiques : Pourquoi commémorer ? Qu’est-ce que la mémoire collective ? À qui appartient-elle ? Le monumental peut-il être éphémère ? Quelles sont les formes de l’anti-monument ? Comment hanter un monument ?

Les propositions peuvent prendre des formes variées (prototypes, scénarios, maquettes, etc.) et se manifester dans différents médiums (sculpture, installation, photographie, performance, art médiatique, etc.). Les propositions sélectionnées seront présentées à l’automne 2015 en collaboration avec le centre d’artistes AXENÉO7 (Gatineau). Les exposants se verront offrir un cachet correspondant aux barèmes de la CARFAC.

Entrepreneurs du commun

Entrepreneurs du Commun réunit des artistes, historiens de l’art, commissaires, philosophes et chercheurs avec l’objectif d’ouvrir un espace de réflexion et d’expérimentation sur l’hantologie monumentale et les spectres de la liberté.

Ses membres actuels incluent Erik Bordeleau (chercheur au SenseLab, Université Concordia), Mélanie Boucher (professeure à l’UQO et commissaire), Michel de Broin (artiste), Nathalie Casemajor (professeure à l’UQO), Gregory Chatonsky (artiste), Michael Nardone (poète et doctorant en littérature à Concordia), François Lemieux (artiste), André-Louis Paré (directeur de la revue Espace), Jean-Michel Ross (directeur de la galerie Thomas Henry Ross et commissaire), Stefan St-Laurent (artiste et directeur de AXENÉO7), Bernard Schütze (critique d’art), Adam Szymanski (doctorant en études cinématographiques et images en mouvement à l’Université Concordia).

 

Renseignements

Téléchargez le document ici pour plus de détails sur les critères de sélection et la façon de déposer.

Vous pouvez contacter le comité organisateur à l’adresse courriel suivante : monument.liberte@gmail.com

Date limite de dépôt : 15 janvier 2015

[1] “Victims of Communism memorial cost jumps to $4M”, Ottawa Citizen, 21 août 2014.
[2] “Déclaration du Premier ministre du Canada à Toronto”, 30 mai 2014.
[3] Voir le texte du concours de design.