Anne-Marie Ouellet — Cellule domestique

Intervention performative

  • Diffusion
1 / 2
Précédent Suivant
Anne-Marie Ouellet, Cellule domestique, 2017.
Anne-Marie Ouellet — Sans titre (banlieue) no.1, 2015, aquarelle sur papier, 29 x 29 cm.

Date : samedi, le 22 avril 2017
[Reporté au samedi 29 avril en cas de pluie.]

Lieu : À proximité de la station Montmorency (ligne orange), sur une place publique située au Quartier Laval (voir vue Google Earth).

Horaire :

— 15 h 00 : Rendez-vous à la sortie de la station Montmorency, à l’angle des rues Jacques-Tétreault et Lucien-Paiement. L’artiste accueille le public et le conduit jusqu’au lieu de présentation (voir la carte du trajet). **

— 15 h 30 : Intervention performative

— 16 h 30 : Vernissage

** N.B. : Pour les retardataires (c’est n’est pas l’idéal, mais venez tout de même !), marchez vers l’ouest sur le rue Jacques-Tétreault jusqu’à une place publique située au Quartier Laval. Voir la carte du trajet.

Avis aux intéressés : Participants recherchés — chœurs parlé (samedis 8, 22 et 29 avril 2017)

Cellule domestique d’Anne-Marie Ouellet est un projet qui prend pour objet l’espace résidentiel et allie recherche, expérimentation, participation et création.

Intéressée par le développement des nouveaux espaces résidentiels et les discours de vente promettant un avenir meilleur, miroitement d’une nouvelles manière d’habiter la ville appuyé par des banques d’images génériques donnant l’illusion d’une vie en harmonie avec la nature et la communauté, Anne-Marie Ouellet s’intéresse à la standardisation, à la construction du discours et à l’usage de ces espaces en relation à l’environnement extérieur et plus précisément à l’espace public.

À la suite de recherches, d’observations et d’expérimentations, l’artiste élabore une œuvre conçue spécifiquement pour une place publique lavalloise située dans le secteur entourant le futur centre-ville actuellement en plein développement immobilier. Faisant écho à l’unité modèle, le projet de création et d’infiltration dans l’espace urbain prendra la forme d’une intervention performative participative. Au moyen de mises en scène de l’usage de l’espace résidentiel et de la visite de condo modèle, les actions performatives d’Anne-Marie Ouellet — en amenant l’espace domestique dans l’espace public — mettront en relation les rapports de forces qui s’opposent et se complètent.

Faisant des liens avec la métaphore de l’île, empruntant des référence au théâtre grec et ayant comme sujet principal l’unité d’habitation, l’artiste nous présente un projet mêlant conventions, discours promotionnels, rêve et dystopie.

 

Pistes de recherche :
— https://espacemontmorency.com/
— https://www.condourbania.com/projet-urbania-2

 

Démarche

Par ma pratique artistique multidisciplinaire, je tente d’approcher différentes stratégies afin d’interroger la place de l’individu à l’intérieur d’une réalité de plus en plus construite, programmée ou prescrite. Par une approche sociologique ou des actions performatives, je me penche sur des questions relatives aux normes qui régissent les usages et les comportements dans différents types d’espaces. C’est principalement par l’expérimentation et l’élaboration de divers comportements individuels et collectifs que je mets en place des structures organisationnelles ouvertes à la participation. Ces interventions, généralement soutenues par l’utilisation d’uniformes, symbole d’identification, de protection et de standardisation, évoquent l’individualisme collectif et la culture « régimentaire ». C’est en renvoyant au spectateur des images qui lui révèlent ses conditionnements que j’amplifie ces différents paramètres de la société de contrôle.

Par une approche conceptuelle et contextuelle, mon travail questionne la conduite, le déplacement et le modelage de comportements dans le tissu urbain et les espaces traditionnellement non dédiés à l’art.

— Anne-Marie Ouellet

 

L’artiste remercie le Conseil des arts du Canada de son soutien.