Christian Bujold — La famille

  • Création
  • Diffusion
1 / 1
Christian Bujold, 2018.

— Séries de visites performative
Lieu : résidence d’une famille anonyme
Période : De mai 2019 à janvier 2020

— Présentation publique
Lieu : résidence d’une famille anonyme
Période : Printemps 2020

 

« There is no such thing as society: there are individual men and women, and there are families.»

Derrière cet énoncé de Margaret Thatcher, se cache l’expression de ce qui serait le clan ultime et irréductible : la famille nucléaire. Pour le projet La famille, l’artiste Christian Bujold désire habiter la résidence privée d’une famille qu’il ne connait pas et qui ne le connaisse pas personnellement, périodiquement pour une durée d’un an, tout en restant complètement anonyme.

Le projet se veut un point de départ en termes de cueillettes d’images, de réflexions et de notes qui prend le lieu de résidence privée comme représentation de l’identité de ses occupants. Comment ce lieu « collectivement intime » et vulnérable est en interrelation avec l’identité individuelle ou familiale ? Afin d’aborder cette question, l’artiste compte s’immerger dans une résidence qui lui est étrangère et qui implique un ensemble d’éléments (objets, meubles, odeurs, photographies, etc…) et de codes extérieurs au cadre de référence de sa propre vie privée. Au début de la période d’habitation, il envisage simplement habiter passivement l’espace, comme un fantôme, sans intervenir autrement que par l’observation, la prise de notes, de photos et de dessin. La documentation, les observations et les réflexions recueillies servent à produire une œuvre performative ou un corpus multidisciplinaire dont les formes se précisent au fil de ses séjours.

Protocole

  • L’ensemble des visites performatives se fait sous le couvert de l’anonymat et aucune information permettant d’identifier les participants ou les adresses précises de la résidence ne sera transmise ou communiquée. Aucune recherche ne sera faite afin d’identifier les résidents ou l’artiste.
  • La période d’habitation se fait durant les heures de travail, ou pendant l’absence des résidents. L’artiste et les résidents ne se rencontrent pas avant, ni pendant la période d’habitation.
  • Il n’y aura aucune communication directe entre les résidents et l’artiste durant la période de la résidence. Toutes les communications nécessaires à la coordination de l’activité (comme l’échange de clefs ou les heures d’absence) se feront par une tierce personne (contact en commun).
  • L’artiste s’engage à ce que les participants retrouvent leur résidence dans un état absolument identique qu’à leur départ.