François Rioux — Wohhoh Henry!

  • Création
  • Diffusion
1 / 1
François Rioux, résidence à Panache art actuel, 2017.

Explorations performatives, interventions et zine : hiver 2019

Lieux : Sentiers et relais motoneige lavallois

Le projet Wohhoh Henry! s’enfouffre* dans l’hiver ! Cette merveilleuse dormance qui ponctue notre incessante révolution climatique d’un feutre épais et sourd. J’adore la tempête de neige, les flocons conglomérés, le trente centimètres paralysant, son épaisseur qui cède sous le pied dans un petit couinement ou le gros yiiiick-yiiiiick des bottes d’hiver mouillées en entrant au carrefour Laval, la hâte que ça finisse.

Le projet Wohhoh Henry! s’en va jouer dehors en plein hiver sur le territoire lavallois en prenant la motoneige comme moyen de transport. Bien qu’elle se prête davantage à l’escapade de fin de semaine dans la couronne nord qu’au transport utilitaire, la motoneige permet de sillonner les sentiers saisonniers, les forêts, les champs, et parfois les bords de route, troquant ainsi la dureté de l’asphalte pour la fragile croute glacée des sentiers.

Fortement connotée d’une promesse d’évasion, surtout après la métabolisation de son prégnant parfum, la motoneige participe cependant à la construction d’un mythe de l’hiver qui se raconte et se partage dans les divers relais du territoire. Sur ce terrain périodique, opérer un décalage, comme une longue glissade sur papier !

* Le verbe enfouffrer est un verbe inventé qui, à la forme pronominale, signifie : s’engouffrer avec un soupçon de folie!

Carte

François Rioux — Wohhoh Henry!

Laval, Québec, Canada