Art actuel et marginalisation géographique (1) — Le Club de lecture à Flottille

  • Vie associative
1 / 1

Heure : 9 h
Lieu : Nautalis (librairie présentée par Or Gallery), Charlottetown (I.-P.-É.)

 

Pour cette quatrième édition, le Club s’exporte de l’île Jésus à l’Île-du-Prince-Édouard dans le cadre de l’événement Flottille, la rencontre biennale 2017 des centres d’artistes autogérés à Charlottetown. À l’image de la flottille et à même sa formule, le Club est une rencontre en milieu naturel autour d’artistes, de penseurs et d’auteurs invités qui proposent des lectures et orientent le flot des échanges auxquels tous prennent part.

Pour Flottille, Verticale souhaite susciter une réflexion sur l’art actuel en contexte de marginalité géographique, en prenant pour amorces quelques effets a priori. Pensons notamment aux lieux de l’art, souvent raréfiés et décentralisés, ainsi qu’aux programmations et aux œuvres qui investissent des espaces atypiques et vont à la rencontre des publics. Les modes de présence hors les murs, l’effet de surprise associé ou même le caractère convivial de certaines pratiques pourraient-ils être envisagés comme des effets de cette marginalité ou encore comme des nécessités ? Pensons aussi aux langages de l’art, à ceux utilisés par les œuvres elles-mêmes ou dans les discours choisis pour les communiquer. La marginalité géographique a-t-elle une incidence sur les langages esthétiques, les stratégies de médiation ou les discours institutionnels ?

La liste de lecture d’Elise Anne LaPlante

« Mes recherches actuelles s’intéressent aux approches féministes et plus particulièrement à la représentation des femmes artistes en Acadie, contexte géographiquement marginalisé. Concevoir la marginalité en Acadie est aussi indissociable des questions culturelles et linguistiques minoritaires. Les textes choisis sont ainsi des pistes qui mènent à réfléchir aux effets de ces instances d’isolation sur les pratiques artistiques par le biais de l’étiquette identitaire et de la notion de professionnalisme. De même, j’invite à considérer, d’une part, les effets accumulés pour les femmes ou toutes personnes marginalisées et, d’autres part, les contributions possibles des pensées féministes à cette réflexion. »

Texte principal

— ROBINEAU, Anne, « Inégalités et minorisation des identités chez les femmes artistes dans la francophonie canadienne », Nouvelles perspectives en sciences sociales : revue internationale de systémique complexe et d’études relationnelles, vol. 8, no 2 (2013).
Extraits choisis : Parties 2 et 3 (p. 154-165)
Disponibles en ligne ici.

Textes complémentaires

— HOTTE, Lucie, « Entre l’esthétique et l’identité : la création en contexte minoritaire», dans THÉRIAULT, Joseph Yvon, Anne GILBERT et Linda CARDINAL (dir.), L’Espace francophone en milieu minoritaire au Canada : nouveaux enjeux, nouvelles mobilisations, Québec, Fides, 2008.
Extraits choisis : p. 319-320 ; 326-333
Disponibles en ligne ici.

— HUNEAULT, Kristina et Janice ANDERSON, « Preface » dans HUNEAULT, Kristina et Janice ANDERSON (dir.), Rethinking Professionalism : Women and Art in Canada, 1850-1970, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2012.
Extrait choisi : Préface (p. XIX-XXVI)
Disponible en ligne ici.

 

La liste de lecture de Laurent Lévesque

Dans ses projets en cours de production, Laurent Lévesque examine le jardin comme forme, en tant qu’espace construit et en tant que représentation de notre rapport à la nature. Il s’intéresse ainsi aux notions de collecte et de collection, mais aussi au jardin comme représentation du pouvoir politique, comme outil visant à gagner le prestige, l’appartenance à une classe sociale ou à un ensemble géopolitique et finalement à la transposition de ces questions dans le champ des arts visuels et de leurs institutions.
Dans le cadre du Club de lecture de Verticale à Flottille il propose la lecture de trois courts textes qui abordent le jardin comme outil d’appropriation du territoire, de domestication de la nature et ultimement comme outil de pouvoir. Que ce soit en s’intéressant à l’élaboration de grands projets de jardins nationaux ou au niveau plus modeste de celle du jardin de banlieue, la discussion portera sur l’une des fonctions principales du jardin, celle de dé-marginaliser notre rapport au territoire et à la nature.
Ces questions peuvent-elles être transposées au monde de l’art ? Quels rôles l’art et l’artiste jouent-ils dans les contextes géographiques marginaux ? L’artiste, comme le jardinier, est-il un défricheur ? Et qu’en est-il des jeux de pouvoir qui sont à l’œuvre ?

— CAUQUELIN, Anne, L’invention du paysage, Paris : Quaridge/PUF, (2000 [1989]).
Extraits choisis : Partie 4, p. 117-126 et p. 147-157
Disponibles en ligne ici.

— Marie-Victorin, frère, « Le Jardin botanique de Montréal », discours du président lors de l’assemblée générale de la Société Canadienne d’Histoire Naturelle, Montréal, 14 décembre 1929 ; publié intégralement dans la revue Le Naturaliste Canadien, Vol. LVII, No. 2 en février 1930, 14 pages.
Disponible en ligne ici.

— TREIB, Marc, « Power Plays : The Garden as Pet », dans FRANCIS, Mark and Randolph T. HESTER JR.. (éd.), The Meaning of Gardens, Cambridge : MIT Press, 1990, p. 86-93. [Texte tiré des actes de colloque de la Meanings of Gardens Conference qui a eu lieu à la University of California, Davis Campus en mai 1987.]
Disponible en ligne ici.

 

 

 


L’activité est bilingue. Les invités proposent des lectures en français ou en anglais. Lorsqu’elles existent, les traductions sont aussi rendues disponibles. Les échanges pourront se faire en français et en anglais.

 

Grâce à un partenariat avec les éditions esse, Verticale fera tirer parmi les participants six exemplaires de la dernière parution de la revue esse (no. 90 — Les Féminismes).

Le Club de lecture de Verticale est soutenu par le Programme pour les arts et les lettres de Laval 2015-2018, et par le Soutien aux projets des organismes artistiques et littéraires professionnels, du Conseil des arts et des lettres du Québec.

  

Carte

Art actuel et marginalisation géographique (1) — Le Club de lecture à Flottille

Charlottetown, PE, Canada