Journées de la culture — Présentations d’artistes et activités publiques

Dans le cadre des Résidences d'été à la Villa — été 2018

  • Création
  • Diffusion
  • Vie associative
1 / 2
Précédent Suivant
Lagueux & L'Écuyer, Ballet et poussières, capture d'écran du prototype, 2018.
Roby Provost Blanchard, Rencontre in-game, image extraite de l'œuvre, 2018.

  

Présentations des œuvres et discussion avec les artistes : samedi 29 septembre 2018, dès 13 h

Lieu : Centre de la nature, 901 avenue du Parc, à Laval 

Horaire :
— Présentation des œuvres, de 13 h à 15 h 30
— Discussion avec les artistes et présentation de l’œuvre, de 16 h à 18 h

* Activité conjointe avec Roby Provost Blanchard pour la présentation de son projet de création, également dans le cadre des Résidences d’été à la Villa — été 2018

Événement Facebook

Lagueux & L’Écuyer — Ballet et poussières

Pour conclure leur résidence de création à la Villa, Stéphanie Lagueux et Jonathan L’Ecuyer proposent l’essai d’un nouveau prototype de réalité virtuelle basé sur l’œuvre Conversations. Toujours en impliquant la collaboration autour d’une action domestique, ils cherchent à nouveau à créer l’émoi dans un jeu « qui se joue à deux ».  Chaque duo de spectateurs devra coordonner ses gestes en se déplaçant, debout et en synchronisme, pour dégager le sol et dévoiler une vidéo dans un espace virtuel. Le prototype vise à explorer une autre posture dans la collaboration, en plus d’investir un espace modulable et accessible en tout temps, alors que la projection dans le dôme devait se faire à la tombée du jour.
En parallèle cette même journée, les participants aux ateliers de mouches à feu pourront reprendre leurs contributions, suspendues aux arbres du Centre de la nature pendant l’été en résidence à la Villa.

Roby Provost Blanchard —Rencontre in-game

Rencontre in-game est une expérimentation en réalité virtuelle.

« On dirait qu’on est mort pis qu’on se promène au casino » s’exclame un des participants. À l’intérieur du casque de réalité virtuelle, le joueur lévite dans un environnement construit à partir de numérisation 3D. Ces numérisations, créées à partir de photos prises à Laval, Burlington et au Lac Châteauvert forment un paysage impossible, un assemblage surréel.

Pour l’artiste, la numérisation 3D s’inscrit dans une démarche de documentation du réel. Le casque, quant à lui, permet de revisiter ces espaces figés dans le temps. D’après certains, on y prend le rôle passif d’un voyageur en train, et pour d’autres, d’une « version de nous morte au casino ».


La résidence est rendue possible grâce au Programme d’aide aux initiatives de partenariats (MCC) pour l’année 2017, dans le cadre de l’entente entre la Ville de Laval, le ministère de la Culture et des Communications et la Commission scolaire de Laval.