Simon Brown et Maude Pilon — Sans titre (circonférence 83 km)

  • Diffusion
1 / 1
Simon Brown et Maude Pilon, Sans titre (circonférence 83 km), 2016. Vue de processus, capture d’écran de la carte évolutive.

Cueillette de données poétiques :  11 juin au 11 août 2016

Carte évolutive : Suivez les mises à jour régulières ici.

Lancement du livre d’artiste : printemps 2017

 

Sans titre (circonférence 83 km) prend la forme d’un processus de recherche performative réalisée par les artistes Simon Brown et Maude Pilon et dont les résultats poétiques seront présentés dans un livre d’artistes.
En duo, au cours de plusieurs journées passées sur l’Île Jésus, ils marcheront les 83 kilomètres qui en constituent le contour en respectant une formule bien précise : l’un d’eux observera le contour de l’île tandis que l’autre portera son regard vers l’intérieur tantôt urbain, agricole ou semi-sauvage.

Leur promenade lente sera attentive aux phénomènes souvent imperceptibles pour le regard pressé. L’observation sera liée à une prise de notes constante car « le langage n’est pas que le véhicule de la mémoire ; il la façonne aussi et, mieux encore, il finit par provoquer son effacement.»

Au moyen d’une carte évolutive, le public pourra lui aussi se faire le témoin des évènements qui interpelleront les marcheurs. Pour chaque point de cueillette représenté sur la carte, le spectateur trouvera un fragment textuel de Simon Brown et un autre de Maude Pilon. À la fin du processus, l’ensemble pourra se lire comme un poème non linéaire et forcément circulaire, sans début ni fin.
Finalement, le livre d’artistes présentant les résultats de cette investigation langagière de l’insularité lavalloise sera distribué furtivement dans des bibliothèques et autres lieux publics le long du pourtour de l’île Jésus.

Intention

Une île est une île est une île, qu’il s’agisse d’une île dont l’insularité est mise en évidence par de vastes plages et bras de mer ou d’une île dont l’insularité originelle semble enterrée sous de multiples couches d’interventions humaines. Autrement dit, malgré les apparences, malgré les phases d’agronomisation, de peuplement, d’urbanisation et d’asphaltage, l’Île Jésus demeure une île.

Notre recherche performative actualisera ce rétablissement là où le caractère le plus insulaire de l’Île Jésus persiste : son contour. Nous souhaitons aborder l’Île Jésus par son contour afin de la saisir dans sa totalité et de rétablir les liens entre son passé et son présent, son visible et son invisible, son intérieur et son extérieur. Rétablir des liens déjà existants et en créer de nouveaux, afin qu’elle se retrouve comme île, qu’elle regagne sa place au sein de l’archipel d’Hochelaga. Ce faisant, nous espérons boucler la boucle, dans un aller-retour poétique où la géographie et l’imaginaire pourront se concilier.

— Simon Brown et Maude Pilon